Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Pingouin-Napoleon.jpg

Ce poème écrit par un ami de forum pour notre concours d'écriture 2005, avait recu le "Tire-bouchon d'or" et avait été publié ici en décembre de la même année. Il vient de nous quitter. Hommage à lui. Salut l'Empereur (cmx69).

 

 

Tire-Bouchon, mon enfant

 

Dans cette Egypte ancienne, parmi les crocodiles,

Il fallait abreuver, en puisant l'eau du Nil

Les terrains alentour, et que ce fut facile.

Lorsqu'un soir fatigué, poursuivant ce dessein

Je finis, satisfait, par tracer le dessin

D'un outil merveilleux : c'était la vis sans fin.

 

Eh quoi, de l'eau du Nil ? Et pourquoi pas Saint Yorre ?

De l'eau tout simplement ? Inodore, incolore ?

De la flotte pour tout dire, celle de l'Imperator

À qui j'ai mis le feu, et oui, je m'en accuse,

En dardant les rayons, au siège de Syracuse,

De l'astre flamboyant, au moyen de lentilles.

 

Des lentilles ? Ça d'accord, et un petit-salé.

Surtout celles d'Auvergne, au caviar comparées.

Mais alors pas d'eau, avec ce plat : du vin !

Et du bon : en bouteille, du treize degrés au moins.

Oui mais, la vis sans fin, c'était conçu pour l'eau !

Quand il n'y a plus d'amphore, que faire face au goulot ?

 

Se mettant au boulot, la pauvre humanité

Et chaque homme en son sein, chercha sans s'arrêter

Pour qu'enfin l'un d'entre eux à la fin s'exclamât

(Comm' je le fis moi-même en criant Euréka)

« Ce qu'on fait avec l'eau, on pourrait essayer

Sur ce con de bouchon, de l'expérimenter. »

 

Et voici nos soiffards, devenus ingénieurs

Tentant à qui mieux mieux, tantôt pour le meilleur

Et tantôt pour le pire, de se dire inventeur.

Jusqu'à c 'que l'un d'entre eux, évitant tout murmure,

Finit par s'écrier « Bon sang, mais c'est bien sûr !

Avec un fil tordu, c'est bon, je vous l'assure ! »

 

Et les voici soudain, proclamés forgerons

Qui manient le marteau, le soufflet, le charbon,

Et qui, Alléluia, te créent mon tire-bouchon.

Toi, mon enfant lointain, je peux le dire enfin

À la face du monde, c'est mon plus grand chagrin :

Je n'ai rien vu de toi, ni ton fameux destin.

 

Archimède.

 

 

Tag(s) : #Ecritures - photos - peintures...